globe

Notre Vision

Éradiquer la pauvreté sous toutes ses formes à travers l’Education fondée sur l'Enseignement et la Formation Entrepreneuriale pour un Développement Durable. « Pas de développement durable sans éducation(EDD) ».

*CRÉATION DES ENTREPRISES ET DONNER DE L'EMPLOI après  rédaction du Business Plan Bancable.

*Enfin Initiation des étudiants à la protection de l'environnement et la lutte contre le réchauffement climatique car il compromet notre cheminement vers la viabilité à la durabilité.

Formulaire d’adhésion et Droit de Membre

Notre Mission

*Atteindre à travers notre Campus Chrétien d’Affaires,  Joseph Business School Europe, tout  Entrepreneur avec  vocation entrepreneuriale au sein des assemblées chrétiennes et des églises francophones de l’Europe , Afrique et dailleurs et leur apporter un appui technique pour créer leurs entreprises à travers nos deux programmes  de  formation : sur notre Campus à Bruxelles  et la formation à distance sur notre site.

*Sans conditions de diplôme et formations académiques ni  pré-requis, transformer nos étudiants  en vrai homme d’affaires à travers CJBSE, qui est un établissement d'enseignement d'affaires affilié à la Joseph Business School Chicago(USA) ayant quatre branches:

  • l’enseignement accéléré en affaires sanctionné par un certificat américain (Business management certificate).
  • La connaissance en gestion de base(gentlemen's agreement) sanctionnée par un certificat reconnu par la fédération Wallonie Bruxelles.
  • L'informatique.
  • Et les cours de langues (entre autres: Business English, Néerlandais...)

Pour plus d’information contactez nous : 

Email Newsletter

 

FUTUR ENTREPRENEUR
Devenir Indépendant
  • Démarches
  • Personne Phyisique ou Personne Morale
  • Gestion de base
  • Accès à la profession
Démarches pour devenir indépendant

Pour devenir indépendant, il faut, outre l'étude de son projet, effectuer les démarches suivantes:

  • Il faut prouver sa capacité de gestion. Selon le type d'activité, il faudra présenterun diplôme ou un certificat. Sur base de ce document le Guichet d'Entreprise délivre une attestation d'établissement (attestation de gestion de base).
  • Passer devant le notaire pour constituer la société le cas échéant. Coût approximatif de 1.200€. Ce prix comprend l'établissement des statuts, l'enregistrement au moniteur et le dépôt au Greffe du Tribunal de Commerce). Avant de passer devant le notaire, il faut donc choisir la forme juridique de sa future entreprise. Le notaire établira préalablement un projet de statuts mentionnant clairement le noms des fondateurs et associés. Ilfaudraégalement lui présenterl'accès à la profession s'il est requis. Enfin, le notaire exigera une attestation bancaire (nécessaire pour le dépôt du capital libéré sur un compte bancaire professionnel) et un plan financier (prévision pour 3 années).
  • Inscription à la Banque-Carrefour des Entreprises (70€ pour une inscription en personne physique et 130 € pour inscription ensociété). Il y'a lieu de présenter une copie des statutssi l'inscription se fait pour une société. L'inscription étant effective, le Guichet d'Enteprise vous octroye un numéro d'entreprise qui servira également de numéro de TVA.
  • Demande de votre numéro de TVA au bureau de TVA de la commune de votre domicile privé. Cette démarche peut-être effectuée par votre Guichet d'Entreprise mais il vous en coûtera la somme de 110 € supplémentaires.
  • Si vous n'êtes pas propriétaire du local où vous exercerez votre activité, il faudraétablir un ⦁ bail commercial. Il faudra également se renseigner auprès du service de l'urbanisme de votre commune pour savoir si le local peut être affecté à cette activité. S'il y'a eu une autre activité précédemment dans ce local, il faudra probablement faire une demande de changement d'affectation de celui-ci.
  • Enfin, d'autres autorisations seront nécessaires selon le type d'activité qui sera exercé comme par exemple:
    • Débit de boisson
    • Night shop
    • Phone Shop
    • Snack
    • Alimentation générale
    • Denrées alimentaires
  • Enfin, l'indépendant peut désirer passer en société. A cet effet il devra d'abord effectuer le choix de la forme juridique de sa future société. Pour de plus amples renseignements, il suffit de consulter la rubrique adéquate du site du Guichet ici.
    Les démarches devant être effectuées par le demandeur d'emploi qui désire s'installer comme indépendant sont reprises dans les différentes brochures suivantes:
    • Comment s'installer à son compte ?
    • Modèle de bail commercial
    • Formation à la profession d'indépendant
Choix de la forme juridique de l'entreprise

Lorsque l'on commence une activité commerciale, on se pose toujours la question de savoir sous quel statut on l'exercera. Toute activité commerciale comporte en effet de nombreux risques. Que l'entrepreneur soit seul ou envisage de s'associer avec des tiers, son interrogation sera toujours la même: doit-il ou doivent-ils exercer leur activité en personne physique ou en société?

Il existe trois possibilités :

  • l'entrepreneur décide d'exercer seul son activité, en personne physique. Il s'agit alors d'une entreprise individuelle.

Avantages:

  • Cette option est moins onéreuse que de constituer une société.
  • Cette forme d'entreprise est plus souple administrativement qu'une société.

Inconvénients:

  • L'activité et le patrimoine de l'indépendant sont confondus.
  • Le fonds de commerce n'est pas, pour la Loi, distinct du patrimoine privé de l'indépendant ce qui permet aux créanciers commerciaux d'avoir un recours contre tous les biens du commerçant y compris ceux du patrimoine privé.
  • L'association de fait. Deux ou plusieurs personnes peuvent décider de s'associer pour partager les bénéfices et les pertes d'une activité à caractère commercial, sans nécessairement devoir créer une société à forme commerciale. Cette association de fait n'a pas la personnalité juridique. Au niveau des conséquences juridiques, l'association de fait peut être assimilée aux entreprises individuelles: les participants sont solidairement responsables. En cas de problème financier de l'association, ils engagent leur patrimoine personnel. Cela signifie qu'un des créanciers d'une association de fait peut se retourner contre n'importe quel associé, pour la totalité de la dette.
  • La société. Une société a une existence propre, indépendante de celle de ses associés: elle pourra continuer à exister, même si les associés meurent ou elle pourra être dissoute et liquidée du vivant des associés.

La personnalité juridique des sociétés :

La société a une personnalité juridique, même si elle n'est pas une personne vivante que l'on peut voir physiquement. Pour cette raison, elle est considérée comme personne "morale", au même titre que les établissements publics ou les associations.

La personnalité propre des sociétés ne leur est pas attribuée automatiquement: il faut d'abord qu'elles soient constituées, et que leurs statuts soient déposés au greffedu Tribunal de commerce.

La mise en commun de fonds ou de biens :

De gros investissements sont souvent nécessaires pour l'exercice d'une activité commerciale. Ils peuvent dépasser les moyens financiers d'une  personne isolée dont les possibilité financières sont souvent limitées. L'exercice de cette activité en société permet à plusieurs personnes d'investir et de travailler ensemble. Ensuite, chacun pourra retirer les bénéfices de cette activité proportionnellement à la part de son investissement et de son travail.

La séparation des patrimoines :

Puisque la société a une personnalité propre, elle pourra également avoir un patrimoine personnel, différent du patrimoine des associés. Elle pourra également avoir des dettes propres, qui ne seront pas des dettes des associés.

Le principal avantage de l'exercice d'une activité commerciale en société réside précisément dans cette distinction de patrimoines entre celui de la société et celui des associés: une faillite de la société n'entraîne pas automatiquement celle des associés, ou une dette personnelle des associés n'a aucune conséquence pour la société.

Il existe toutefois des exceptions à ce principe de la "séparation des patrimoines": ces exceptions résultent, soit de la forme de la société elle-même, comme la société coopérative à responsabilité illimitée et solidaire, soit des dispositions de la loi, comme la responsabilité éventuelle des fondateurs ou des gérants ou administrateurs. Ces cas seront exposés plus loin.

L'anonymat :

Certains types de société (le plus connu est celui de la société anonyme) permettent au propriétaire des parts de ne pas être connus. C'est le cas de la société anonyme.

La pérennité de l'entreprise :

Le décès d'un entrepreneur risque de compromettre la survie de l'entreprise. Le droit des successions comporte de nombreuses règles qui constituent un obstacle à la continuité de l'entreprise (par exemple, les dispositions relatives à l'indivision pu à la réserve successorale).

Beaucoup de ces problèmes peuvent être évités lorsque l'activité est exercée en société. En effet, la durée d'une société peut être illimitée, et les droits des héritiers ne portent pas sur les avoirs de la société, mais bien sur la propriété des parts possédées par le défunt.

Différence de statut fiscal :

Les sociétés bénéficient d'autres tarifs (plus favorables) que ceux appliqués en matière d'impôt des personnes physiques.

Différence de statut social:

Un entrepreneur travaillant en son nom personnel a le statut de travailleur indépendant et est donc assujetti au régime social des travailleurs indépendants.

Les représentants des sociétés (gérants ou administrateurs) sont également des travailleurs indépendants. Toutefois, un associé peut être inscrit comme salarié de la société s'il a signé un contrat de travail et se trouver dans un rapport de subordination.

Documents à télécharger :

Entreprise en personne physique ou en société

Gestion de base

L'exercice de toute activité requérant l'inscription à la Banque-Carrefour des Entreprises nécessite la preuve des connaissances de gestion de base. Celle-ci peut être apportée soit sur base d'un diplôme, soit sur base d'une expérience professionnelle suffisante (3 ans à titre principal ou 5 ans à titre accessoire).

Si l'activité est exercée en personne physique, la preuve de connaissances doit être apportée par le chef d'entreprise ou son préposé qui est soit: son conjoint, son cohabitant depuis au moins 6 mois, un parent (jusqu'au 3ème degré) ou encore un salarié lié au chef d'entreprise par un contrat de travail à durée indéterminée.

Pour les activités exercées en personne morale, la preuve doit être fournie par la personne physique chargée de manière effectivede la gestion journalière (organe de la société ou un salarié). L'apport des connaissances de gestion à une société par un préposé engagé dans les liens d'un contrat de travail est actuellement remis en cause. Cette disposition doit encore être précisée.

A. Les titres suivants doivent être considérés comme preuve suffisante desconnaissances de gestion de base :
  • le certificat relatif aux connaissances de gestion de base, délivré dans ou par :
  • le troisième degré de l'enseignement secondaire;
  • l'enseignement secondaire de promotion sociale;
  • les centres de formation des classes moyennes;
  • un jury d'une Communauté ou du Service public fédéral;
  • un diplôme de l'enseignement supérieur;
  • un certificat attestant que l'intéressé a suivi avec fruit un cycle accéléré d'au moins 128 heures de cours de gestion, réparties sur 3 mois au moins, pour autant que le respect de ces normes et la conformité des cours avec le programme prévu à l'article 6 de l'arrêté royal du 21 octobre 1998, modifié, soient attestés par le Ministre ou par son délégué;
  • un titre déclaré selon des traités internationaux comme équivalent ou dont l'équivalence est attestée par l'autorité compétente.
  • Les autres diplômes (délivrés avant le 30 septembre 2000) doivent être soumis au Guichet d'Entreprise pour évaluation.
B. La pratique professionnelle permet également de prouver les connaissances de gestion. La pratique professionnelle doit cependant avoir été acquise au cours des 15 dernières années qui précèdent la demande :
  • en qualité de chef d'entreprise indépendant ou gérant indépendant :
    • 'indépendant qui a exercé une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou horticole pendant 3 ans à titre principal ou pendant 5 ans à titre accessoire;
    • le gérant indépendant qui en dehors d'un contrat de travail s'est occupé de la gestion journalière pendant 3 ans à titre principal ou pendant 5 ans à titre accessoire.
    • Et dans les deux cas, une attestation de la Caisse d'Assurances Sociales doit être apportée, celle-ci prouvant l'affiliation comme indépendant, les dates précises de début et de fin de celle-ci et la qualité de l'activité.
  • en qualité d'un collaborateur d'un chef d'entreprise :
    • l'aidant indépendant;
    • l'employé dans une fonction dirigeante, c'est-à-dire: adjoint du chef d'entreprise indépendant ou cadre supérieur chargé des tâches de gestion d'au moins une partie de l'entreprise.
  • Tous ces renseignements sont issus des textes officiels du SPF Economie, PME, Classes Moyennes et Energie et peuvent être consultés en détails ici.
C. Documents utiles :
  • Connaissances de gestion de base
  • Modalité d'inscription et programme de cours de la formation accélérée de gestion de l'Espace Formation PME

Accès à la profession

A. Certaines professions nécessitent un accès à la profession. Les professions réglementées (au 1er janvier 2006) sont les suivantes :

  • Construction

Entrepreneur menuisier - charpentier; Entrepreneur d'étanchéité de construction; Entrepreneur tailleur de pierres; Entrepreneur marbrier; Entrepreneur plafonneur-cimentier; Entrepreneur de maçonnerie et de béton; Entrepreneur de travaux de démolition et constructions; Entrepeneur de couvertures non métalliques de constructions; Entrepreneur d'étanchéité de construction; Entrepreneur de zinguerie et de couverture métalliques de constructions; Installateur en chauffage central; Installateur de chauffage au gaz par appareils individuels; Installateurs sanitaire et de la plomberie; Entrepreneur de peinture; Entrepreneur de vitrage; Tapissier - poseur de revêtements des murs et du sol; Installateur - électricien; Fabricant - installateur d'enseignes lumineuses; installateur - frigoriste.

  • Véhicule

Garagiste - réparateur; Mécanicien de cycles; Mécanicien de cyclomoteurs; Mécanicien de motocyclettes; Carrossier - réparateur; Négociant en véhicules d'occasion.

  • Commerce et Services

Entrepreneur de pompes funèbres; Coiffeur; Opticien; Esthéticien(ne); Technicien en prothèse dentaire; Dégraisseur - teinturier.

  • Alimentation

Boulanger - Pâtissier; Restaurateur ou traiteur - organisateur de banquets; Grossiste en viandes - chevillard.

B. D'autre part, certaines professions nécessitent également l'obtention d'une licence. Ces licences ainsi que les organismes qui les délivrent sont repris dans le tableau disponible ci-dessous.

C. Documents disponibles :

  • Liste des professions réglementées
  • Nouvelles dispositions (votées ce 15/06/2006 au Sénat)
  • Liste des licences
  • Réglement du SPF Economie

3. Services aux entrepreneurs :

Entreprises ,nous recherchons des solutions locales aux problèmes d’implantation, d’extension, de relocalisation.

Nous vous accompagnons dans la mise en conformité aux normes environnementales, urbanistiques, et vous informons sur les subsides. Nous vous informons sur les aides financières à l’engagement de personnel pour les sociétés existantes ou en formation.

Types de prêts

Les prêts le plus fréquemment utilisés par le Guichet sont les prêts suivants :

  • Prêt Brupart
  • Prêt Brufin
  • Prêt Brusoc
  • Prêt Brustart
  • Garantie de prêt octroyée par le Fonds Bruxellois de Garantie
  • Credal
  • Opensoon

1.Prêt Boost-Me de Brupart

  • Le nouveau produit qui remplace le prêt lancement du Fonds de Participation est Boost-Me proposé par Brupart, filliale de la S.R.I.B.. Toutes les informations peuvent être trouvées dans la fiche suivante: fiche Boost-Me
  • Les demandes peuvent être introduites soit directement par le promoteur auprès de Brupart soit par une structure d'appui, comme la nôtre, agréée par Brupart.

2. Prêt Brufin de Brupart Nouveau produit de la filliale Brupart de la S.R.I.B., le prêt Brufin est destiné à toutes les PME pour tous types d'investissements dont les caractéristiques peuvent être consultées ici.

3. Prêt Brusoc

BRUSOC, filiale de la S.R.I.B. finance et accompagne les indépendants, les petites entreprises et les projets d'économie sociale, en octroyant des prêts à des taux préférentiels. BRUSOC intervient, en Région de Bruxelles-Capitale, comme acteur de développement de l’économie sociale et locale sous toutes ses formes. Pour ce faire, différents outils ont été mis en place afin d’aider et d’accompagner les indépendants, les petites entreprises et les projets d’économie sociale.

BRUSOC propose plusieurs outils de financement que vous pouvez retrouver sur le site de la S.R.I.B.

Les formulaires de demande sont accessibles ici.

4. Prêt Brustart

BRUSTART soutient les jeunes PME de la Région bruxelloise, en général S.A. ou S.P.R.L., en phase de création ou ayant moins de 5 ans d'existence, à la recherche de fonds pour financer leur projet. Les critères de sélection de BRUSTART sont liés au secteur d'activité, à la rentabilité et au potentiel de croissance de l'entreprise ainsi qu'au profil de l'entrepreneur et à ses compétences managériales.

BRUSTART propose deux types de financement :

  • Prise de participation minoritaire
  • Prêt

Le montant de ces interventions s'échelonne entre 12.500 EUR et 250.000 EUR ; elles portent généralement sur une durée de 5 ans.

Les sociétés dont le projet est cofinancé par BRUSTART bénéficient d'un accompagnement stratégique tout au long de l'intervention et d'une assistance ponctuelle en gestion.

Documents à télécharger :

  • Formulaire de demande Brustart (.pdf)
  • Formulaire de demande Brustart (.rtf)
5. Fonds Bruxellois de Garantie

Le Fonds Bruxellois de Garantie a pour mission de faciliter l’octroi de crédits professionnels dans la Région de Bruxelles-Capitale en fournissant aux organismes de crédit, moyennant le paiement d’une contribution annuelle, une part substantielle des garanties qu’ils exigent des PME et des indépendants. Le Fonds Bruxellois de Garantie s’adresse à la micro-entreprise (moins de 10 salariés), petite entreprise et moyenne entreprise, la personne physique ou morale telle que définie par le règlement CE 70/2001 de la Commission du 12 janvier 2001, qui est active sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale. Le Fonds se base sur la définition européenne actuelle de la micro-, petite et moyenne entreprise. Le Fonds n’intervient pas pour des opérations relevant du secteur agricole. Le Fonds n’intervient que pour le financement d’activités effectivement menées en Région de Bruxelles-Capitale ou pour favoriser des investissements réalisés ou à réaliser exclusivement dans cette région.

Le Demandeur est un Starter s’il dispose depuis moins de 2 ans d’un numéro d’immatriculation au registre de commerce – Banque Carrefour.

Il existe 3 produits :

  • Le préaccord
    La demande d’accord préalable est introduite par le Demandeur à l’aide d’un formulaire établi par le Fonds. Le Fonds délivre au Demandeur un accord de principe sur l’octroi de la garantie, appelé le Préaccord, après approbation préalable du conseil d’administration. Le Préaccord est valable 4 mois. L’organisme de crédit, auprès duquel le Bénéficiaire introduit sa demande de crédit, adresse au Fonds une demande de confirmation du Préaccord (Formulaire de préaccord).
  • La garantie sur demande
    Les demandes sont introduites par les organismes de crédit à l’aide d’un formulaire établi par le Fonds. Le Fonds accorde la garantie à l’organisme de crédit après approbation préalable du conseil d’administration.
  • La garantie simplifiée (à introduire via un organisme bancaire)
    L’organisme de crédit engage directement la garantie du Fonds pour les crédits répondant à certaines conditions, ce qui permet d’accélérer l’examen des demandes de crédit.

Coût:

Une contribution calculée sur le montant de la garantie du Fonds est due au Fonds à charge du demandeur de crédit et de l’organisme Bénéficiaire de sa garantie. Pour les avances à terme déterminées, le montant de la contribution à verser au Fonds est de 0,375% du montant initial de la garantie multiplié par le nombre d’années durant lesquelles la garantie du Fonds est acquise. Elle se répartit comme suit : 0,25 % à charge du Bénéficiaire et 0,125% à charge de l’organisme de crédit. Pour les crédits en compte courant et autres crédits commerciaux à court terme, le montant de la contribution est de 0,375% du montant de la garantie du Fonds, quel que soit le montant effectivement prélevé. Elle se répartit comme suit : 0,25 % à charge du Bénéficiaire et 0,125% à charge de l’organisme de crédit. La contribution est payable, dans tous les cas, de manière échelonnée. Dans tous les cas, l'organisme de crédit respecte le tableau d'échelonnement de la prime communiqué par le Fonds. La contribution est également due pendant la période de franchise de remboursement en capital. Les Starters sont exemptés du paiement de la portion de la prime qui leur incombe (0,25%) pour les 5 premières années ; les organismes de crédit ne bénéficient pas de cette dispense et sont donc tenus de leur portion de contribution (0,125%). Pour le calcul des contributions, le Fonds tient compte de la durée des avances à terme mentionnée dans le contrat initial et sur laquelle le Fonds a marqué son accord. Les parties d’année sont négligées si elles sont inférieures à 6 mois et sont comptées pour une année entière si elles sont supérieure à 6 mois.

6. Crédal

Crédal finance, au moyen d’un micro-crédit, des projets (asbl, société) ou des personnes (micro-crédit) qui ont peu ou pas d'accès au crédit bancaire.

Le micro-crédit est un petit crédit remboursable mensuellement qui sert à financer une activité économique, durable et rémunératrice pour son porteur.

C'est un crédit aussi ajusté que possible aux besoins des activités, de façon à limiter le poids de la dette et le risque de l'emprunt.

C'est un crédit proposé à des indépendants ou candidats indépendants à qui les banques ont refusé le financement.

Critères d'octroi:

  • Ne pas ou difficilement avoir accès au crédit bancaire.
  • Démarrer ou développer un projet viable de très petite entreprise.
  • S'engager dans la démarche solidaire du programme.
  • Accepter un accompagnement en amont et en aval.

Les conditions d'octroi sont disponibles sur le site web de Credal (http://www.credal.be)

7. Opensoon( aides d’Atrium)

Opensoon (aide d'Atrium)

Qu’est ce qu’OpenSoon?

OpenSoon est un appel à projet qui encourage le commerce audacieux et de qualité à Bruxelles depuis février 2010.

Un appel à projets pour stimuler l’offre commerciale

Pour stimuler l’ouverture de commerces innovants et de qualité, faire de Bruxelles une capitale de shopping attractive et encourager les Bruxellois à se lancer comme indépendant, Atrium.brussels a mis sur pied OpenSoon, un appel à projets qui permet de financer l’ouverture de commerces aux concepts originaux.

Un jury de professionnels sélectionne les concepts commerciaux qui peuvent bénéficier du soutien d’Atrium.

Ce jury se réunit tous les mois pour analyser les candidatures et les sélectionner selon 3 critères :
la réponse aux besoins de la zone;
le degré d’inventivité, de qualité, d’audace et d’originalité du concept;
son financement et sa viabilité.

Que gagne-t-on? Où?

Sur l’ensemble du territoire Bruxellois selon les modalités suivantes :

Dans la  ZIP (OpenSoon)
Pour toute cellule commerciale vide depuis plus de 6 mois, l’aide financière couvrira jusqu’à 75% des frais d’investissements liés à l’ouverture du commerce avec un plafond correspondant à 12 mois de loyer et maximum 60.000 euros.

En dehors de la Zip (OpenSoon bis)
Pour toute cellule commerciale située en dehors de la ZIP et faisant l’objet d’un accord d’Atrium.Brussels, l’aide financière couvrira jusqu’à 50% des frais d’investissements liés à l’ouverture du commerce avec un plafond correspondant à 6 mois de loyer.

Vous pouvez consulter la carte de la ZIP via Brugis (http://www.brugis.irisnet.be/MyBruGIS/brugis/ cocher la case fonds structurels européens 2007-2013)

L’avis d’un jury de professionnel sur votre projet

Des professionnels du commerce analysent les candidatures et formulent des conseils précieux et gratuits concernant les projets. Ces indicateurs peuvent par exemple concerner la partie financière, le business plan, le concept, les aménagements prévus, l’image du commerce ou le public-cible. Si le projet n’est pas retenu, le candidat peut prendre le temps d’appliquer les remarques et proposer à nouveau son projet lors d’un prochain jury.

La recherche de l’emplacement commercial idéal Atrium.brussels est l’Agence Régionale du Commerce. Elle met au service des candidats son expertise, son expérience et ses indicateurs dont le Baromètre 2014, que  vous pouvez obtenir en prenant contact avec la cellule “OpenSoon”

Accompagnement dans vos démarches Atrium.brussels accompagne les candidats et auprès des autorités communales (demandes de permis, aide dans la recherche des autorisations nécessaires, informations relatives à la prévention, aux primes, etc.). Une aide peut également être apportée dans les contacts avec les propriétaires.

Coup de pouce dans la promotion

Lors de chaque ouverture, Atrium.brussels envoie un communiqué de presse à son réseau de journalistes. De plus, un article est rédigé dans la newsletter de l’Agence qui est envoyée tous les mois à plus de 20.000 adresses email. Le commerce est ajouté au site www.shopinbrussels.be, qui accueille près de 50.000 visiteurs mensuels. Atrium.brussels partage également l’information sur son site Internet, de même que sur le blog OpenSoon et sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter. Des tours presse sont également organisés.